• Deuxième Commandement

     

    «Tu n'abuseras pas du Nom du Seigneur, ton Dieu car

    le Seigneur ne laissera pas impuni celui qui abuse de Son Nom.»

     

    Connaître les commandements de Dieu et les acceptés mais ne pas s'y tenir, ou encore enseigner les Lois spirituelles d'un côté et d'agir tout autrement de l'autre, c'est abuser du Nom de Dieu
     <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p>

    User du Nom de Dieu à la légère pour jurer ou pour dire des choses inconvenantes constitue un abus, mais aussi prononcer le Nom du Saint éternel sans penser à ce que nous disons, par exemple quand nous disons «Mon Dieu !», ou bien quand nous utilisons des expressions comme «Dieu merci !» ou «Dieu te le rendra !» sans faire attention à ce que nous disons, sans prononcer ces mots consciemment. <o:p></o:p>

    Nous utilisons le mot "Dieu" dans de nombreuses occasions. Que pensons-nous alors ? Le plus souvent nous ne le savons pas car ce que nous disons à ce moment-là est vide de sens. Pourtant tout est énergie. Cela signifie que nous sommes responsables de chaque mot que nous prononçons.      C'est aussi ce qui est écrit dans la Bible. C'est pourquoi nous devrions respecter le deuxième commandement et être attentifs à ce que nous pensons quand nous prononçons le mot "Dieu". <o:p></o:p>

    Souvent nous disons : «Dieu merci, que ceci ou cela ne me soit pas arrivé !» Nous pouvons bien sûr dire "Dieu merci" mais sommes-nous vraiment reconnaissants envers Dieu à ce moment ? Dans la plupart des cas et pour la plupart des gens il s'agit seulement d'une formule prononcée à la légère, mais il est très rare qu'elle soit l'occasion pour eux de réfléchir à eux-mêmes, à leur façon de penser et de vivre, à ce qu'ils ont semé, à ce qu'ils vont éventuellement récolter, à Dieu et à Ses commandements. <o:p></o:p>

    Pourtant si dans une telle situation nous apprenions à être attentifs à nous-mêmes en nous demandant ce qui nous a poussé à exprimer ces paroles de remerciement : "Dieu merci !" nous remarquerions qu'elles veulent certainement nous dire quelque chose. A travers nos sentiments nous découvririons alors qui nous sommes vraiment et nous apprendrions de ce fait à remercier Dieu de tout coeur.     C'est cela le remerciement actif adressé à Dieu.

    Si nous dévalorisons quelqu'un, si nous en sommes jaloux et éprouvons des pensées d'hostilité envers cette personne mais que, dans le même temps, nous lui souhaitons la paix, alors nous nous moquons de Dieu. Faire cela c'est usurper Son Nom. C'est le cas aussi quand nous trompons notre entourage sur les véritables mobiles qui nous poussent à faire telle ou telle chose ou au contraire à ne pas le faire.

    Le Nom de Dieu est bien plus souvent raillé qu'on ne le croit généralement.  Nous raillons le Nom divin si nous entrons par exemple dans une communauté religieuse avec l'intention véritable d'en obtenir un avantage personnel, par exemple pour obtenir de la considération de nos semblables, pour être "bien vu".

    Nous devrions également savoir que ceux et celles qui soutiennent des personnes dans une mauvaise intention partagent la responsabilité et participent donc de façon active à l'usurpation du Nom de Dieu. Chacun est responsable devant Dieu pour ce qu'il affirme et pour ce qu'il fait. Quelqu'un qui aurait connaissance d'injustices et qui cependant se tairait s'en rendrait également complice. <o:p></o:p>

    Dans le deuxième commandement il est dit également : «... car le Seigneur ne laissera pas impuni celui qui abuse de Son Nom.» Ce n'est pas Dieu qui nous punit pour ce que nous faisons mais que c'est nous-mêmes qui nous punissons pour cela en raison de la loi : "Ce que l'homme sème il le récoltera." Dieu ne sème pas, c'est nous-mêmes qui semons et c'est ce que nous semons que nous récoltons. Ainsi, nous aurons à subir les conséquences de ce que nous avons ou n'avons pas fait, car chacun est responsable de lui-même.

    Il n'est pas possible de comprendre cela en lisant ce qui est écrit dans la nouvelle traduction de la Bible. On y lit ceci : «N'utilise pas le Nom du Seigneur ton Dieu à mauvais escient car le Seigneur punira celui qui le fera.» <o:p></o:p>

    Nous voyons qu'il serait préférable d'accomplir d'abord les commandements plutôt que de juger et de considérer Dieu comme un Dieu qui punit. Il permet que nous péchions car Il nous a donné le libre arbitre et c'est parce qu'Il nous a donné le libre arbitre qu'Il ne nous punira pas. C'est nous-mêmes qui nous punissons. <o:p></o:p>

    Nous devrions nous efforcer de comprendre le sens des mots, le sens des commandements. Celui qui n'accomplit pas les commandements prend les mots à la lettre et prétend que Dieu punit. <o:p></o:p>

    (*Jésus a apporté au monde le Dieu aimant. Cela était nécessaire car dans l'Ancien Testament il est sans cesse question du "Dieu punissant". Le vocabulaire de l'époque était encore marqué par l'influence du polythéisme. C'est pourquoi l'Ancien Testament qui contient les Dix Commandements, est empli d'expressions résultant des croyances en de nombreux dieux qui punissent. Ainsi, beaucoup d'aspects introduits à l'époque dans la religion monothéiste en formation sont imprégnés par le polythéisme.) <o:p></o:p>

     

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :