•  

    Dans la Bible de Luther le quatrième commandement est traduit de la manière suivante :

    «Tu honoreras ton père et ta mère afin de vivre longtemps dans le pays que le Seigneur, ton Dieu, te donnera.»<?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p>

    Dans l'édition oecuménique ce commandement est formulé comme suit :<o:p></o:p>

     «Honore ton père et ta mère afin de vivre longtemps dans le pays que le Seigneur, ton Dieu, te donne.»<o:p></o:p>


    Si nous comparons les deux versions, celle de Luther et la version oecuménique, nous voyons une nouvelle fois que dans ces deux livres la vérité est décrite avec des mots différents. Ceci nous montre qu'il ne faudrait pas s'attacher à la lettre mais essayer de saisir le sens qui s'y cache, ce que nous ne pouvons véritablement faire qu'en aspirant à l'accomplissement quotidien des Dix Commandements et en vivant de plus en plus d'après de Dieu <o:p></o:p>

    Ainsi notre père et notre mère sont aussi nos prochains. Nous devrions les respecter et les aimer, les porter dans notre coeur, tout comme nous devrions porter dans notre coeur tous les êtres humains. Toutefois l'honneur appartient seul à Dieu, notre Seigneur. Il convient donc de faire la différence entre les notions de "respect" et d'"honneur". Nous honorons Dieu en l'aimant par-dessus tout, en le plaçant au-dessus de l'humain. Quand à notre prochain nous le respectons en lui témoignant du bien de tout notre coeur, en lui offrant notre compréhension, en n'étant pas jaloux de lui, en ne le dévalorisant pas, en lui laissant toute liberté et en lui faisant ce que nous voudrions qu'il nous fasse...

    Enfants comme parents sont des enfants de Dieu. C'est pourquoi ils sont frères et soeurs. Dans l'enfant qui, pendant sa croissance, apprend et construit les programmes nécessaires à sa vie terrestre habite un être spirituel mûr. Les parents sont seulement plus âgés en nombre d'années terrestres. Selon la Loi de Dieu ils sont les grands frères et les grandes soeurs des enfants qui sont confiés à leur garde et à leur protection.
     

    Les paroles «afin de vivre longtemps dans le pays que le Seigneur, ton Dieu, t'a donné.» signifient : La vie de celui qui se tient aux commandements de Dieu sera harmonieuse. Sa vie ne connaîtra pas de cahots importants il vivra en paix avec ses prochains. Ainsi tous ceux qui respecteront ce commandement, de même que les autres commandements, pourront vivre ensemble en paix dans leur pays.


    1 commentaire
  •  

    «Tu respecteras le jour du Sabbat, et le sanctifieras. Tu travailleras et feras tout ce que tu as à faire pendant six jours. Mais le septième jour c'est le Sabbat du Seigneur, ton Dieu. Ce jour-là, tu ne travailleras pas, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni l'étranger qui est dans ta ville.»

    Là personnellement, je décroche, je pense sincèrement que ce dernier commandement à été rajouter par l’homme...

    Je m’explique; Allez demander à une femme qui est mariée et qui à des enfants si elle peut se permettre de ne rien faire les dimanches...

    Il est impossible de ne pas s’occuper des enfants ou bébés parce aujourd’hui on est dimanche, ils ont faim,... et besoin d’attention et cela c’est le travail d’une femme, (ou Homme d'aujourd'hui)

    Et si par hazard ton accouchement (TRAVAIL) est dû le Dimanche !?! On remet ca à demain!!!

     

    Alors qui se repose déjà le dimanche ? De nos jours, accordé, plus personne!

     

    Personnellement, je trouver que de toujours accorder le dimanche a Dieu affin de méditer, prier, remercier,... ressemble étrangement a du rituel (répétition d'un acte) qui enfrein un commandement.!

     

    Et je n'ai pas besoin d'un journée spéciale pour faire tout cela l'important c'est de trouver le temps de le faire, parceque il faut le faire, ( se recentaliser par la méditation, prier pour avoir la force de suivre les commandements, et remercier Dieu sincèrement pour tout tout tout même les épreuves.)

     

    Les propos ci-dessus sont personnels, personnelles ainsi pour demeurer neutre, lorsque j'aurai terminé tous les commandements je ferai une recherche afin d'y apporter une connatation um peu plus dévellopées .

     

    Sans offence, Merci!

     

    votre commentaire
  •  

    «Tu n'abuseras pas du Nom du Seigneur, ton Dieu car

    le Seigneur ne laissera pas impuni celui qui abuse de Son Nom.»

     

    Connaître les commandements de Dieu et les acceptés mais ne pas s'y tenir, ou encore enseigner les Lois spirituelles d'un côté et d'agir tout autrement de l'autre, c'est abuser du Nom de Dieu
     <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p>

    User du Nom de Dieu à la légère pour jurer ou pour dire des choses inconvenantes constitue un abus, mais aussi prononcer le Nom du Saint éternel sans penser à ce que nous disons, par exemple quand nous disons «Mon Dieu !», ou bien quand nous utilisons des expressions comme «Dieu merci !» ou «Dieu te le rendra !» sans faire attention à ce que nous disons, sans prononcer ces mots consciemment. <o:p></o:p>

    Nous utilisons le mot "Dieu" dans de nombreuses occasions. Que pensons-nous alors ? Le plus souvent nous ne le savons pas car ce que nous disons à ce moment-là est vide de sens. Pourtant tout est énergie. Cela signifie que nous sommes responsables de chaque mot que nous prononçons.      C'est aussi ce qui est écrit dans la Bible. C'est pourquoi nous devrions respecter le deuxième commandement et être attentifs à ce que nous pensons quand nous prononçons le mot "Dieu". <o:p></o:p>

    Souvent nous disons : «Dieu merci, que ceci ou cela ne me soit pas arrivé !» Nous pouvons bien sûr dire "Dieu merci" mais sommes-nous vraiment reconnaissants envers Dieu à ce moment ? Dans la plupart des cas et pour la plupart des gens il s'agit seulement d'une formule prononcée à la légère, mais il est très rare qu'elle soit l'occasion pour eux de réfléchir à eux-mêmes, à leur façon de penser et de vivre, à ce qu'ils ont semé, à ce qu'ils vont éventuellement récolter, à Dieu et à Ses commandements. <o:p></o:p>

    Pourtant si dans une telle situation nous apprenions à être attentifs à nous-mêmes en nous demandant ce qui nous a poussé à exprimer ces paroles de remerciement : "Dieu merci !" nous remarquerions qu'elles veulent certainement nous dire quelque chose. A travers nos sentiments nous découvririons alors qui nous sommes vraiment et nous apprendrions de ce fait à remercier Dieu de tout coeur.     C'est cela le remerciement actif adressé à Dieu.

    Si nous dévalorisons quelqu'un, si nous en sommes jaloux et éprouvons des pensées d'hostilité envers cette personne mais que, dans le même temps, nous lui souhaitons la paix, alors nous nous moquons de Dieu. Faire cela c'est usurper Son Nom. C'est le cas aussi quand nous trompons notre entourage sur les véritables mobiles qui nous poussent à faire telle ou telle chose ou au contraire à ne pas le faire.

    Le Nom de Dieu est bien plus souvent raillé qu'on ne le croit généralement.  Nous raillons le Nom divin si nous entrons par exemple dans une communauté religieuse avec l'intention véritable d'en obtenir un avantage personnel, par exemple pour obtenir de la considération de nos semblables, pour être "bien vu".

    Nous devrions également savoir que ceux et celles qui soutiennent des personnes dans une mauvaise intention partagent la responsabilité et participent donc de façon active à l'usurpation du Nom de Dieu. Chacun est responsable devant Dieu pour ce qu'il affirme et pour ce qu'il fait. Quelqu'un qui aurait connaissance d'injustices et qui cependant se tairait s'en rendrait également complice. <o:p></o:p>

    Dans le deuxième commandement il est dit également : «... car le Seigneur ne laissera pas impuni celui qui abuse de Son Nom.» Ce n'est pas Dieu qui nous punit pour ce que nous faisons mais que c'est nous-mêmes qui nous punissons pour cela en raison de la loi : "Ce que l'homme sème il le récoltera." Dieu ne sème pas, c'est nous-mêmes qui semons et c'est ce que nous semons que nous récoltons. Ainsi, nous aurons à subir les conséquences de ce que nous avons ou n'avons pas fait, car chacun est responsable de lui-même.

    Il n'est pas possible de comprendre cela en lisant ce qui est écrit dans la nouvelle traduction de la Bible. On y lit ceci : «N'utilise pas le Nom du Seigneur ton Dieu à mauvais escient car le Seigneur punira celui qui le fera.» <o:p></o:p>

    Nous voyons qu'il serait préférable d'accomplir d'abord les commandements plutôt que de juger et de considérer Dieu comme un Dieu qui punit. Il permet que nous péchions car Il nous a donné le libre arbitre et c'est parce qu'Il nous a donné le libre arbitre qu'Il ne nous punira pas. C'est nous-mêmes qui nous punissons. <o:p></o:p>

    Nous devrions nous efforcer de comprendre le sens des mots, le sens des commandements. Celui qui n'accomplit pas les commandements prend les mots à la lettre et prétend que Dieu punit. <o:p></o:p>

    (*Jésus a apporté au monde le Dieu aimant. Cela était nécessaire car dans l'Ancien Testament il est sans cesse question du "Dieu punissant". Le vocabulaire de l'époque était encore marqué par l'influence du polythéisme. C'est pourquoi l'Ancien Testament qui contient les Dix Commandements, est empli d'expressions résultant des croyances en de nombreux dieux qui punissent. Ainsi, beaucoup d'aspects introduits à l'époque dans la religion monothéiste en formation sont imprégnés par le polythéisme.) <o:p></o:p>

     

    votre commentaire
  • Dieu a transmis à l'humanité les Dix Commandements à travers Son serviteur Moïse,

    le peuple d'Israël ayant été désigné pour apporter à l'humanité le salut,

    la Loi vécue de Dieu par une vie exemplaire.

    Les Dix Commandements sont des extraits de la Loi absolue et parfaite de Dieu.

    Cette Loi de Dieu c'est la vie.

    La vie, Dieu, est tout en tout,

    multitude infinie et plénitude de l'existence.

     Elle est dans chaque aspect de la Loi, comme dans chaque commandement, la vie se révèle aux hommes par la mise en pratique, l'accomplissement, et l'action quotidienne.

    Que celui qui la veut la prenne. Que celui qui la refuse, la laisse.

    Celui qui veut comprendre la vie peut utiliser chaque commandement de Dieu comme

     un portail menant à la plénitude de la vie - de la vie en Dieu, dans l'Esprit de Dieu.

    Il est important de rappeler ici que les commandements

    - comme toutes les vérités divines -     

    ne devraient pas rester lettre morte, mais devraient être vécus.

    Alors seulement nous pouvons comprendre en profondeur la Parole de Dieu,

    Ses indications pour notre vie terrestre, Ses commandements.


    votre commentaire
  •  Je suis le Seigneur, ton Dieu. Tu n'auras pas d'autres dieux à côté de Moi.

     Ne te fais pas d'image et ne fais de comparaison ni de ce qui se passe au ciel,

     ni de ce qui se passe ici sur la terre, ni de ce qui se passe dans l'eau et sous la terre.

    Je pense personnellement qu’une grande partie des religions existantes qui utilisent

    les dix commandements dans leur pratique, enfreint se premier commandement...

     

    Je pense aussi qu’il est correct de vouloir étudier les différents personnages historiques,

    (comme Jésus, Bouda, ...) sans leur vouer un culte ou sans les vénérer.

     

           Tu n’auras point de rituel, et tu ne reproduiras point d’objets pour me représenter.

     

    Là on est vraiment dans la merde, partout nous suivons des rituel et même,

    des rituels que nous ne comprenons pas ou qui appartiennent à

    d’autres philosophies ou religions que celle que nous pratiquons.

     


     Le premier aspect contenu dans le premier commandement c'est :

    «Je Suis le Seigneur, ton Dieu.» cette phrase est fondamentale car Dieu est tout ce qui existe ;

    Il est l'Esprit de la vie .

    Cette affirmation contient donc en elle l'origine et le but de l'homme.

    Dans le premier commandement on lit encore : 

     «Tu n'auras pas d'autres dieux à côté de Moi»

    Pourtant les hommes vénèrent bien »d'autres dieux«.

     Pas par rapport aux personnages des différentes religions, mais;  

    Ce sont plutôt par exemple nos désirs extrêmes, nos passions, notre convoitise, 

    en un mot tout ce à quoi les hommes aspirent de façon disproportionnée.   

     (Argent – Artistes – Anges – Entités – Drogues ...)<?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p>

    Lorsque nous entretenons des désirs extrêmes et pressants, 

    des convoitises et des passions en leur consacrant beaucoup de temps  

    en sentiments, en sensations et en pensées, 

    nous prions en quelque sorte des idoles dont nous sommes tributaires. 

    A la catégorie des "autres dieux" appartiennent également tous ceux et celles 

    que nous plaçons au-dessus de nous, ceux que nous honorons et louons 

    au lieu de les considérer tout simplement pour ce qu'il sont, à savoir des égales.
     <o:p></o:p>

    Dans le premier commandement on lit plus loin : 

    «Ne te fais pas d'image et ne fais de comparaison ni de ce qui se passe au ciel, ni de ce qui se passe ici sur la terre, ni de ce qui se passe dans l'eau et sous la terre.»

    L'Esprit de Dieu réside EN (La vie qui coule dans nos veines) chaque être humain.        Pour s'adresser à Dieu, pas besoin d'image extérieure devant laquelle se prosternée et adoré. Non pour cela il faut simplement se rende dans notre intérieur où l’on y prie Dieu. Pas besoin de statues, de tabernacles, d'image du crucifié ou d'autres choses de ce genre,    car l'Esprit de Dieu est vivant en nous et en chaque homme. 

    C'est à LUI qu'il faut s'adresser. C'est LUI le soutien auquel nous devons avoir recours. <o:p></o:p>

    Chaque image "pieuse" s'apparente également à un "dieu",

    car honorer une représentation extérieure détourne du vrai Dieu. <o:p></o:p>

    Dans le premier commandement il est également indiqué que nous ne devrions pas

    nous faire une image de ce qui se passe ici sur la terre, ainsi que dans l'eau et sous la terre.

    Nous pouvons comprendre le sens de tout cela quand nous comprenons   

    que tout ce que nous voyons ici-bas ne constitue pas la réalité. 

    En fait notre oeil physique ne voit que l'enveloppe qui cache en elle la vie, l'Esprit.

    Il serait faux de croire que la vie telle qu'elle se manifeste sur la terre

    - par exemple sous la forme d'une fleur ou d'un animal... - 

    correspond à la force de création de Dieu. 

    L'essence de la vie est dans la fleur, dans l'animal, c'est Dieu. 

    La forme extérieure n'est que l'enveloppe matérielle. <o:p></o:p>

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique